Sujets de Master 2

UMR 1283/8199

Tuteur : Jean-Sébastien AnnicotteINSERM UMR1283/CNRS UMR8199 EGID – Faculté de Médecine - Pôle Recherche, 2eme étage Ouest - 1 place de Verdun- 59045 Lille Cedex – téléphone +33 (0)3 20 97 42 54 1 – http://www.good.cnrs.fr/ - E-mail : jean-sebastien.annicotte@inserm.fr

Le diabète de type 2 se caractérise par une glycémie élevée et se développe en raison d’une insuffisance de la capacité des cellules bêta pancréatiques à produire de l'insuline. L'incidence et la sensibilité au diabète de type 2 augmentent avec l'âge, mais le (s) mécanisme (s) sous-jacent (s) dans les cellules bêta qui contribuent à cette susceptibilité accrue n'ont pas été entièrement élucidés. Nous proposons dans ce projet d’étudier le rôle de l’inflammation dans la perte de fonction des cellules béta pancréatiques au cours du vieillissement et/ou du diabète. Le but de ce projet de recherche sera d'évaluer la relation entre inflammation, différenciation et plasticité des cellules ß pancréatiques en utilisant des stratégies in vitro, mais également des modèles de souris génétiquement modifiées spécifiquement dans certains tissus et permettant le lignage cellulaire. Nous espérons ainsi, au travers de ce projet, identifier de nouvelles cibles responsable du vieillissement prématuré des cellules productrices d’insuline afin de développer des stratégies thérapeutiques originales qui constitueront les traitements de demain.

Tuteur : Jean-Sébastien AnnicotteINSERM UMR1283/CNRS UMR8199 EGID – Faculté de Médecine - Pôle Recherche, 2eme étage Ouest - 1 place de Verdun - 59045 Lille Cedex – téléphone +33 (0)3 20 97 42 54 1 - http://www.good.cnrs.fr/ - E-mail : jean-sebastien.annicotte@inserm.fr

Le diabète de type 2 (T2D) se caractérise par des niveaux élevés de glycémie Le dysfonctionnement des cellulesβ pancréatique joue un rôle majeur dans la pathogenèse du T2D. La restauration de la masse et de la fonction des cellules β est donc devenue un domaine de recherche intensive nécessaire à la génération de médicaments antidiabétiques. Alors que de nombreuxefforts se concentrent sur le déchiffrage des modifications épigénétiques -les modifications chimiques subtiles et réversibles sur l'ADN ou les protéines -l'analyse et la compréhension des modifications sur l'ARN -en particulier l'ARNm -dans la physiopathologie T2D au niveau des cellules β sont actuellement inconnues. Notre programme de recherche vise à décoder l'épitranscriptome et ses mécanismes sous-jacents au sein des cellules β. Nous proposons de développer un cadre innovant pour découvrir les rôles physiologiques et physiopathologiques de ces modifications épitranscriptomiques de l'ARN dans la régulation des réponses cellulaires lors du développement du diabète. Cette hypothèse sera testée combinant la technologie de séquençage haut débit, des modèles de souris, Cripsr / Cas9 et les études sur les îlots humains pour disséquer les processus régulés par la modification de l'ARN impliqués dans le contrôle de l'homéostasie métabolique. Le déchiffrage du code épitranscriptomique de la cellule β pancréatique permettra d’identifier un nouveau niveau d'information contrôlant l'expression des gènes, la synthèse des protéines et la fonction.

 

Tuteur : Jean-Sébastien AnnicotteINSERM UMR1283/CNRS UMR8199 EGID – Faculté de Médecine - Pôle Recherche, 2eme étage Ouest - 1 place de Verdun - 59045 Lille Cedex – téléphone +33 (0)3 20 97 42 54 1 – http://www.good.cnrs.fr/ - E-mail : jean-sebastien.annicotte@inserm.fr

Les cellules ß pancréatiques, considérées comme le capteur des niveaux de glucose circulants, contrôlent la sécrétion d’insuline par un processus finement régulé. Des dysfonctionnements de ce type cellulaire, associés à une diminution du nombre de cellules ß sont à l’origine de pathologies métaboliques comme le diabète de type 2. Des études récentes ont montré une plasticité de ces cellules entrainant une perte de leur fonction associée au développement du diabète de type 2. Nos résultats préliminaires semblent démontrer que l’épigénome joue un rôle clé dans cette reprogrammation cellulaire. Le but de ce projet recherche de master 2 sera d’étudier les mécanismes épigénomique impliqués dans la plasticité des cellules ß pancréatiques en utilisant des stratégies in vitro. Ces données permettront de mieux comprendre les mécanismes de dysfonctionnement des cellules ß au cours du développement du diabète.

Sujets de Master 2

UMR 1190

Tutrice : Stéphanie ESPIARD.UMR 1190, Eq. du Pr Pattou, EGID, pôle recherche, 1 place Verdun, 59045 Lille - Téléphone : 0320444552 poste 30236 - E-mail: stephanie.espiard@univ-lille.fr

L’obésité et la stéatose hépatique sont des problèmes majeurs de santé publique. La chirurgie bariatrique, notamment le bypass gastrique (BG), est le traitement le plus efficace de l’obésité mais ne permet de guérir la stéatose que dans 50% des cas. Le métabolisme du cortisol est modifié dans la stéatose hépatique : l’activité 5α-et 5β-réductase hépatique diminue lors de la progression de la stéatose hépatique vers la stéatohépatite. Le métabolisme des acides biliaires (AB)est lui aussi modifié avec une augmentation de leurs taux et une modification de leur composition.
Les données in vitro, chez la souris ou chez l’homme suggèrent d’une part que l’élévation des AB pourrait diminuer l’activité 5α-et 5β-réductase et que d’autre part la baisse de l’activité de ces enzymes contribue à la stéatose hépatique, peut-être en partie par diminution de la clairance du cortisol et augmentation de son exposition hépatique. Après BG, on observe une baisse de l’activité 5α-et 5β-réductase et une augmentation du taux total des AB, ces derniers contribuant au bénéfice métabolique notamment à la résolution du diabète de type 2.
L’hypothèse de ce travail est que l’élévation des AB observée après BG contribue à une baisse de l’activité 5α-et 5β-réductase contrebalançant les effets positifs du BG sur la stéatose hépatique.

L’étudiant en master 2 participera à l’analyse de l’expression des enzymes du métabolisme des AB et du cortisol à partir de données déjà existantes de transcriptome hépatique de patients souffrant d’obésité ayant bénéficié d’un BG. Il étudiera le lien entre les modifications du métabolisme du cortisol, des AB et la stéatose hépatique avant et 1 mois après BG dans une étude prospective incluant 30 femmes obèses.
Ce travail permettra d’avancer dans la compréhension des mécanismes de la stéatose hépatique chez le sujet souffrant d’obèse et son évolution après BG. Il permettra aussi d’ouvrir de nouvelles pistes pour la recherche de traitements de la stéatose hépatique.


Sujets de Master 2

UMR 1011

Tuteur : Jérôme Eeckhoute – INSERM U1011 Récepteurs nucléaires, maladies cardiovasculaires et diabète –Faculté de Médecine de Lille – Pôle Recherche Boulevard du Professeur Leclerc, Bâtiment J&K 59 045 Lille Cedex – Tel : 03.20.97.42.19  - E-mail :jerome.eeckhoute@inserm.fr

Le foie est un organe métabolique majeur dont les fonctions sont sans cesse ajustées en réponse à l’état nutritionnel et énergétique de l’organisme. Nous avons récemment identifié que le transcriptome hépatique est contrôlé par une interrelation fonctionnelle entre la structure chromatinienne, l’épigénome et différents complexes de régulateurs transcriptionnels.

Dans ce cadre, nous cherchons à identifier comment les régulateurs transcriptionnels interagissent avec la chromatine pour assurer la spécificité et des niveaux appropriés d’expression des gènes hépatiques. Nous sommes également intéressés par la perturbation de ces mécanismes dans le cadre de dysfonctions hépatiques. Nous proposons un stage de Master 2 sur cette thématique à destination d’un étudiant intéressé par l’élucidation des mécanismes moléculaires de régulation transcriptionnelle.

 

Tutrice : Hélène Duez –  INSERM U1011 – Adresse: Institut Pasteur de Lille, 1 rue Calmette, 59019 Lille cedex – tél: 03.20.87.77.93/ 06.48.46.37.67 – E-mail: helene.duez@pasteur-lille.fr

Le diabète et l’obésité touchent plusieurs centaines de millions de personnes dans le monde et le phénomène ne fait qu’augmenter. Parallèlement, on observe de plus en plus de sujets souffrant de la maladie du foie gras non alcoolique (NAFLD) pouvant s’accompagner d’une inflammation et d’une fibrose hépatique et évoluer vers un stade plus avancé. Les mécanismes moléculaires à l’origine de cette pathologie restent mal connus.

La régulation des voies de synthèse des lipides fait intervenir Rev-erbα. Celui-ci joue aussi un rôle dans l’inflammation, en particulier au sein des macrophages. Rev-erbα pourrait donc jouer un rôle important dans l’apparition de la NAFLD et de l’inflammation/fibrose hépatique. Nous chercherons donc à mettre en évidence si Rev-erbα joue un rôle dans le développement de la NAFLD et ses complications grâce à l’utilisation de souris déficientes pour Rev-erbα ou contrôles qui seront nourries avec une alimentation riche en sucre et lipides.
Le poids et la glycémie des souris seront suivis dans le temps. Les tissus seront collectés pour une analyse histologique. De plus, des études moléculaires seront réalisées sur les tissus prélevés (expression de gènes par qPCR, transcriptomique) et sur des cellules primaires mises en culture afin de révéler les mécanismes mis en jeu. Nous pourrons aussi déterminer le rôle joué par Rev-erb au sein des cellules immunitaires et la contribution au développement de la pathologie. Enfin, nous disposons de biopsies humaines qui nous permettront, à plus long terme, d’étendre nos découvertes à l’Homme.

Tuteur: David Dombrowicz–UMR 1011, Institut Pasteur de Lille.rue du Pr Calmette. Lille. - Téléphone: 03.20.87.79.67david.dombrowicz@pasteur-lille.fr

Contexte: Nous avons montré (Mogilenko et al. Cell 2019) que les réponses immunes innées, résultant notamment de l’activation de récepteurs TLR exprimés par les cellules dendritiques (DC), étaient exacerbées par des concentrations élevées d’acides gras (dont l’acide palmitique -PA-, abondant dans des régimes riches en graisses). Ces effets résultent d’une reprogrammation métabolique profonde des DC, en particulier une inhibition de la glycolyse, une exacerbation de la production des mtROS, une hyperactivation de l’UPR engendrant une augmentation de l’IL-23.
Une première analyse d’expériences réalisées à l’aide de glucose, PA et glutamine marqués montrent que d’autres voies comme le métabolisme de la glutamine et d’autres acides aminés et la lipogenèse sont également profondément affectés au niveau des concentrations intracellulaires mais aussi extracellulaires de ces métabolites. Des résultats préliminaires montrent aussi que ces altérations peuvent conduire à des modifications épigénétiques.

 

Objectif: Le Master 2 visera à analyser en détail les altérations métaboliques et épigénétiques des DC lors de l’exacerbation de la réponse innée par les acides gras.Méthodes. Les analyses des données existantes seront approfondies et les résultats obtenus seront validés fonctionnellement. Des DC murines différentiées à partir de précurseurs médullaires (BMDC) seront stimulées par des agonistes des TLR (4 et 7) en présence ou en l’absence d’acides gras (PA).
Les enzymes impliquées dans la production des métabolites dont les concentrations sont altérées seront inhibées pharmacologiquement ou leur expression sera inactivée par des siRNA. L’impact de ces inhibitions sur la production d’IL-23 et sur certaines modifications épigénétiques sera évalué. L’ensemble des techniques nécessaires est disponible.

 

Collaborations: Ce travail sera réalisé en collaboration avec le Dr Joël Haas (UMR1011 équipe 1).

 

Mots clé. Immunité innée, DC, acides gras, TLR, métabolisme intracellulaire, métabolomique

Tuteur: Olivier BRIAND INSERM U1011 – EGID - Laboratoire JK, Pôle recherche Faculté de médecine, boulevard du Pr Jules Leclercq 59 Lille - Tel : 03 20 97 42 11 – fax : 03 20 97 42 01 – E-mail: olivier.briand@univ-lille.fr

L'obésité et le diabète sont des maladies chroniques multifactorielles dont l'étiologie est un déséquilibre entre les apports et les dépenses énergétiques. Des anomalies importantes des fonctions intestinales, parmi lesquelles une surproduction de lipoprotéines riches en triglycéridesaccompagnent ces désordres métaboliques et contribuent au développement de l’athérosclérose et des maladies du foie gras (NASH). Le récepteur nucléaire Rev-Erbα intègre l'horloge biologique au métabolisme dans les principaux organes. Sur la base de nos travaux en cours, nous émettons l'hypothèse que Rev-Erbα dans l'intestin est un acteur moléculaireclé dans l'orchestration de la métabolisation des lipides alimentaires par les signaux métaboliques, ainsi que dans le contrôle de la production des lipoprotéines. Le projet que nous proposons pour un M2 s’attache à étudier, dans des modèles ex vivo d’entéroïdes (ou mini-intestin), d’origine humaine et murine, les mécanismes en jeu dans l’intestin pour le contrôle de la réponse lipémique post-prandiale par Rev-Erbα. L’inhibition dans les entéroïdes de l’expression de gènes-cibles candidats, couplée à l’utilisation d’inhibiteurs de processus biologiques (lipophagie, trafic vésiculaire...) permettra d’élucider les mécanismes moléculaires. Le lien avec la clinique sera réalisé par l’utilisation de modulateurs pharmacologiques de Rev-Erbα. Les approches employées relèvent de techniques de biologie cellulaire et moléculaire (analyse d’expression génique et protéique, immunofluorescence indirecte, invalidation et surexpression de gènes...). Ce projet s’appuie sur un travail important de culture cellulaire et d’analyse d’images.

Tutrice : Delphine Eberle –UMR1011 – Institut Pasteur de Lille, 1 rue Calmette, 59019Lille – 03.20.87.71.25 - E-mail : delphine.eberle@univ-lille.fr

 

L’obésité augmente fortement le risque de développer des pathologies métaboliques,cardiovasculaires et cancéreuses. Face à l’épidémie d’obésité dans le monde, il est urgent de trouver de nouveaux traitements pour lutter contre ce fléau. Lors d’une obésité, le surplus d’énergie est stocké dans le tissu adipeux blanc (TAB) au niveau des adipocytes qui prolifèrent et s’hypertrophient. De façon intéressante, dans d’autres conditions bien particulières, certains adipocytes du TAB sont aussi capables d’utiliser leur stock lipidique pour produire de la chaleur, et ainsi de favoriser la perte de poids dans un contexte thérapeutique. Mais les facteurs impliqués dans ces processus restent peu connus. Le récepteur nucléaire ROR alpha joue unrôle dans le métabolisme glucido-lipidique, et son expression est modulée en conditions d’obésité ou de production de chaleur. Ainsi, le but de ce projet de master 2 sera de tester le rôle de RORa sur le fonctionnement des adipocytes et l’homéostasie métabolique, en utilisant des souris déficientes pour ROR alpha dans l’adipocyte. Nous évaluerons le poids corporel et les paramètres métaboliques comme la glycémie, les lipides circulants (dosage enzymatique) et l’insulinémie (ELISA) au cours du temps. Les tissus seront également prélevés et analysé au niveau histologique (coupe et immunohistochimie), et moléculaire (expression de gènes par qPCR). Nous complémenterons l’étude de ce modèle animal par l’étude d’adipocytes cultivés par des activateurs ou inhibiteurs pharmacologiques de ROR alpha. Ainsi combinant des approches in vivo et in vitro, ces travaux nous permettront de définir les conséquences métaboliques d’une modulation de ROR alpha dans l’adipocyte ainsi que sa pertinence en tant que cible thérapeutique pour traiter l'obésité et le DT2.

 

 

Tuteur : Philippe LEFEBVRE, Univ Lille - Unité INSERM U1011 - E-mail : philippe-claude.lefebvre@inserm.fr

Uncontrolled diabetes leads to both macro-and microvascular complications ranging fromretinopathy to atherosclerosis. The DCCT&EDIC clinical trial clearly indicated that an early, aggressive control of one of the major diabetogenic signal, i.e. elevated blood glucose, led in type 1 diabetic patients to decreased long-term vascular disease development [1]. A similar conclusion was drawn from the UKPDS study for type 2 diabetes patients, which showed that establishing an early and stringent pharmacological control of blood glucose level (vs. a loose dietary control) had a salutary effect on cardiovascular complications [2]. Combined to in vitro investigations, these data strongly hinted at a “metabolic memory” likely to be driven in part by a cell-autonomous process reflecting stable epigenomic changes induced by glucose [3]. Epigenomic modifications encompass a broad range of covalent and reversible modifications affecting chromatin components, i.e. DNA and nucleosomal histones and intracellular metabolic oscillations may impinge significantly on epigenomic modifications [4]. We have set up an animal model recapitulating some of the traits of metabolic memory, and this project will aim at deciphering molecular pathways involved in establishing a long-lasting imprinting on cellular activities, with a specific focus on epigenomic processes.

References: [1] Lachin JM et al. Effect of intensive diabetes therapy on the progression of diabetic retinopathy in patients with type 1 diabetes: 18 years of follow-up in the DCCT/EDIC. Diabetes 2015;64:631-642. [2] Stratton IM et al. Association of glycaemia with macrovascular and microvascular complications of type 2 diabetes (UKPDS 35): prospective observational study. BMJ 2000;321:405-412. [3] Reddy MA et al. Epigenetic mechanisms in diabetic complications and metabolic memory. Diabetologia 2015;58:443-455. [4] Aguilar-Arnal L, Sassone-Corsi P. The circadian epigenome: how metabolism talks to chromatin remodeling. Curr Opin Cell Biol 2013;25:170-176.

Tutrice: Réjane Paumelle-Lestrelin. Equipe 1 - UMR 1011 Inserm - rejane.lestrelin@univ-lille.fr - Téléphone: 03 20 97 42 09

Les maladies du foie gras non-alcooliques (NAFLD) sont les maladies du foie les plus fréquentes touchant un tiers de la population générale, dont l’obésité est le premier facteur de risque. Les NAFLD sont caractérisées par une accumulation intrahépatique de lipides (stéatose) évoluant vers la stéatohépatite non alcoolique (NASH), une forme d’atteinte hépatique plus grave menant au développement d’une cirrhose et d’un carcinome hépatocellulaire (HCC). L'histoire naturelle du NAFLD induit par l'obésité est mal connue.

Cependant, des études récentes ont suggéré un rôle potentiel de la perturbation des voies de dégradation des protéines dans le dysfonctionnement des hépatocytes menant à la formation des corps de mallory, la ballonisation des hépatocytes, le développement de la fibrose et l’évolution vers l’HCC.
L'analyse transcriptomique des biopsies hépatiques de patients obèses développant différents grades de NAFLD a montré que l'expression de FAT10 / Ubiquitin-D (UBD), une protéine ubiquitine-like, était positivement corrélée avec la sévérité de la NASH et nucléaire contrôlant le métabolisme des lipides et l'inflammation. FAT10 est connue aussi pour jouer un rôle dans développement de l’HCC. Cependant, son rôle dans le développement et la progression de la NASH est complètement inconnu.

L’étudiant de Master 2 participera au projet qui vise à déterminer le rôle de FAT10 dans le métabolisme hépatique des lipides et l’inflammation et son impact sur l’activité de PPARadans des modèles cellulaires d’hépatocytes murins et humains in vitro et d'évaluer l'impact de l’invalidation et/ou de la surexpression de FAT10 sur le développement de la NASH chez la souris et l'homme.
Ce projet permettra d’identifier des mécanismes cellulaires et moléculaires contribuant au développement de la NASH et pourra conduire à l'identification de nouvelles cibles pour le traitement de cette maladie.

Tutrice: Yasmine Sebti - yasmine.sebti@pasteur-lille.fr - UMR 1011- Institut Pasteur de Lille-1 rue du Pr Calmette-59019 Lille Cedex- Téléphone : 03-20-87-71-25

Le développement d’une résistance à l’insuline des tissus périphériques associé à une perte progressive de capacité de sécrétion de l’insuline par les cellules β pancréatiques sont les caractéristiques principales du DT2. Le muscle squelettique est un organe métabolique essentiel, responsable de l‘assimilation de près de 80% du glucose sanguin en situation post-prandiale, jouant donc un rôle clef dans l’apparition de la résistance à l’insuline au cours de l’obésité.L'inflammation apparaît comme un processus fondamental non seulement dans le développement du DT2 lui-même, mais aussi de ses complications.
Dans ce contexte, les cellules lymphoïdes innées (ILC), population du système immunitaire inné récemment identifiée, ont été décrites comme des cellules sentinelles essentielles des tissus métaboliques. Différentes études ont notamment mis en avant le rôle décisif des ILC2, sous type d’ILC stimulées par la sécrétion d’IL-33, dans le maintien de l’homéostasie métabolique du tissu adipeux viscéral (TAV) et du pancréas au cours de l’obésité. Le rôle de ces cellules au sein du muscle squelettique n’a à ce jour jamais été étudié.

Le projet que nous proposons a pour objectif de déterminer l’implication des ILC2 dans le développement de l’inflammation chronique et les conséquences sur la résistance à l’insuline du muscle squelettique au cours de l’obésité. Dans ce contexte, nous évaluerons chez la souris (i) les altérations éventuelles d’expression et de fonction des ILC2 du muscle squelettique lors de l’obésité (ii) les conséquences d’une déplétion en ILC2 sur le développement de l’insulino-résistance du muscle squelettique au cours de l’obésité (ii) les effets bénéfiques potentiels d’un traitement à l’IL-33, qui stimule le recrutement des ILC2, sur l’état pro-inflammatoire et l’insulino-résistance du muscle au cours de l’obésité.

Ce projet va permettre d’approfondir les connaissances sur la régulation de l’homéostasie énergétique des tissus métaboliques par l’axe IL-33-ILC2 permettant à plus long terme le développement de stratégies thérapeutiques visant à inhiber l'axe inflammation/résistance à l'insuline et à préserver les fonctions immunitaires innées essentielles.

Tutrice: Anne Tailleux, PU - anne.tailleux@univ-lille.fr - UMR 1011- Institut Pasteur de Lille-1 rue du Pr Calmette-59019 Lille Cedex - 03 20 97 42 13 

Contexte - L’intestin est un organe contribuant à l’homéostasie métabolique et inflammatoire via 1/ sa fonction d’absorption des nutriments 2/ sa flore commensale métaboliquement active 3/ sa fonction de barrière, en contrôlant la perméabilité, 4/ sa fonction entéro-endocrine, en synthétisant et sécrétant des molécules de signalisation et 5/ sa fonction homéostatique, par les cellules immunes qu’il contient.TGR5 est un récepteur membranaire aux acides biliaires couplé aux protéines G exprimé par différents types cellulaires impliqués dans la régulation de l’homéostasie métabolique, en particulier les cellules immunes et les cellules entéro-endocrines produisant l’incrétine glucagon-like-peptide-1 (GLP-1) et le GLP-2, connues comme des molécules anti-inflammatoires. Hypothèse -L’activation intestinale de TGR5 pourrait avoir des effets anti-inflammatoires, directement au niveau des cellules immunes et indirectement via la sécrétion de peptides par les cellules entéro-endocrines.

 

Objectif - Dans le cadre du M2, notre objectif sera :1/ d’analyser les effets d’un stimulus inflammatoire (colite induite par le DSS) sur les différentes populations de cellules exprimant TGR5 dans l’intestin sur le phénotype cellulaire et les lésions intestinales dans un contexte d’inflammation ; 2/ d’analyser les effets de l’activation pharmacologique de TGR5 dans l’intestin.

 

Méthodes - Ces expériences seront réalisées dans un modèle original murin exprimant le récepteur TGR5 couplé à un marqueur fluorescent Tomato (modèle rapporteur déjà en place au laboratoire). L’analyse qualitative et quantitative des cellules intestinales exprimant TGR5 sera réalisée sur l’intestin total dans les différents contextes physiopathologiques. Après digestion du tissu, les différentes populations exprimant TGR5 seront identifiées par le marqueur tomato et par les marqueurs spécifiques des populations cellulaires d’intérêt en cytométrie de flux (Aria X20TM 18 couleurs). L’inflammation intestinale sera induite in vivo par le DSS. Les effets de l’inflammation et du traitement pharmacologique seront aussi évalués par analyse histologique de l’intestin, mesure de cytokines circulantes, et les mécanismes moléculaires seront déterminés par analyse d’expression génique dans l’intestin.

 

Collaborations - Ce travail sera réalisé en collaboration interne (Dr David Dombrowiz (UMR1011 équipe 3), Pr Sophie Lestavel (UMR1011 équipe 1)) et en collaboration externe (Pr Benoit Foligné, U1286 INFINITE, Pr Benoit Deprez UMR 1177).

Ce projet de master 2 pourra ouvrir sur un projet de thèse qui évaluera plus globalement le rôle de TGR5 dans l’intestin sur la fonction endocrine et la fonction de barrière.

 

Mots clé - récepteur TGR5, inflammation intestinale, modèles murins de colite, approche pharmacologique, analyses biochimiques, analyses histologiques, mesure d’expression génique.